Konèksyon•Connection

This form does not yet contain any fields.
    INDEX
    « Le programme gouvernemental « école gratuite » – une victoire ? | Main | Commerce Haïti-République Dominicaine : Exportation ou exploitation? »
    Monday
    Jan212013

    Le (projet) Phoenix qui ne cesse de renaître 

    Port-au-Prince, HAITI, 22 janvier 2013 – Depuis plus de deux ans, une équipe de négociants haïtiens et étatsuniens travaille sur un mégaprojet public-privé baptisé Phoenix : une usine qui transformera les déchets de la zone métropolitaine en énergie électrique, ressource rare en Haïti, où le gouvernement réussit à fournir de l’électricité à seulement 30% de la population.

    Cependant, ce projet, qui engagera l’Etat haïtien par un contrat de 30 ans, implique une technologie tellement dangereuse qu’elle est interdite dans certains pays.

    Le projet Phoenix a émergé des ruines laissés par le séisme du 12 Janvier 2010. Des négociants étatsuniens justifient la raison d’être du projet par le fait qu’ils voudraient non seulement s’engager dans la reconstruction, mais aussi « faire plus que des profits ».

    « Nous voulons qu’Haïti soit plus indépendante en terme d’énergie », explique un représentant haïtien de la firme étrangère initiatrice du projet. Le représentant, un homme d’affaires bien connu, a accepté de parler à Ayiti Kale Je (AKJ) sous couvert de l’anonymat, puisqu'il émet des critiques vis à vis de certains acteurs haïtiens qui, dit-il, tentent de bloquer le projet. « Nous avons investi des millions de dollars… Si nous devons l'abandonner, ce sera très triste. »

    Des cendres aux cendres

    Le projet Phœnix, une usine d’une capacité de 30 mégawatt (MW) conçue principalement par l’entreprise International Electric Power (IEP) de Pittsburg, Pennsylvanie, E.U., est un projet d'incinérateur, connu en anglais sous le nom de « Waste to Energy » (WtE) ou « déchets [transformés] en énergie ». Au départ, une centrale de 50 MW a été prévue, avec l’utilisation de « lignite » ou de « charbon brun ».

    Vue aérienne de l’usine « WtE » de Ros Roca de Majorque en Espagne. Source: Ros Roca

    Dans plusieurs pays où les déchets sont trop « organiques » ou « humides », le charbon ou un autre carburant peut être ajouté pour assurer l’incinération à la température nécessaire pour la production d’énergie. Cependant, à cause des critiques sur l’incinération de charbon qui peut contribuer au réchauffement climatique, pour le moment la question de l’utilisation du lignite a été mise à l’écart et le projet a été revu à la baisse, à 30 MW.*

    Présentée comme une usine qui créera « près de 10,000 emplois directs et indirects » et qui « apportera des solutions efficaces aux divers problèmes actuels de la société haïtienne », Phoenix n’est pas un projet à but non-lucratif. C’est un partenariat privé-public. L’Etat aura 10 % des actions et les partenaires privés obtiendront 90 %. En plus, pendant 30 ans, l’Etat, à travers l’Electricité d’Etat d’Haïti (EDH), s’engagera à payer pour l’entretien, le fonctionnement de l’usine et l’achat du courant électrique « sur demande », a affirmé IEP, ajoutant que l’Etat octroiera un terrain de 161 hectares au nord de la capitale.

    Fondée en 2005, l’IEP n'a jamais construit ou géré une usine d'incinération. Toutefois, selon les informations diffusées sur son site Internet, il est impliqué dans un projet de biomasse et de deux parcs éoliens, dont un en Haïti. IEP confirme qu'il va sous-traiter la construction à la société espagnole Ros Roca, qui a construit une usine semblable à Majorque dans ce même pays.

    IEP aura besoin d’au moins US $250 millions pour la construction de l’usine, a indiqué Edward Rawson, vice-président de la compagnie, dans une interview par courrier électronique le 10 décembre 2012. Rawson précise que sa firme est sur le point  d’obtenir ce financement d’un organisme du gouvernement E.U., l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC), qui garantit des prêts aux entreprises étatsuniennes travaillant dans d’autres pays.

    D’après Rawson, l’OPIC « a exprimé son intérêt à investir en tant que prêteur de premier rang ». Cependant, précise-t-il, l’OPIC attend les résultats d’une étude sur les impacts environnementaux en cours de préparation par la firme britannique Atkins, commanditée par l'IEP.

    Il ajoute que le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), est sur le point de réaliser une autre étude, ce, pour le compte du gouvernement haïtien.

    Andrew Morton du PNUE a confirmé la réalisation de cette étude dans un courriel envoyé à AKJ le 9 janvier 2013.

    « Oui, le PNUE a entrepris une évaluation indépendante pour le compte du gouvernement haïtien, de concert avec l'IEP. L'évaluation est en cours et le résultat restera confidentiel », écrit-il. Il ajoute que le travail durera encore trois à six mois, et qu’ « un rapport public » sera disponible une fois l’étude terminée.

    Les autorités haïtiennes applaudissent le projet Phoenix

    Le Projet Phoenix convient au gouvernement, selon le Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé de la sécurité énergétique, René Jean Jumeau. 

    « Le projet fait partie du Plan d’Action pour le Développement de l’Électricité (PADE). Il s’agit de placer à travers tout le pays des centrales de transformation de déchets en énergie électrique », précise t-il dans une entrevue accordée à AKJ le 10 octobre 2012.

    « La transformation de déchets en énergie permettra d’atteindre deux objectifs. Le premier, est d’augmenter la capacité énergétique du pays et le second est lié au premier qui est d’obtenir une meilleure gestion des déchets solides », ajoute-t-il.

    Le directeur général de l’agence responsable de la gestion des déchets dans la zone métropolitaine abonde dans le même sens.

    « Avec la réalisation du projet, nous aurons une région métropolitaine beaucoup plus propre », croit Donald Paraison, directeur général du Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS).

    Une rue typique dans le centre-ville de Port-au-Prince : des monticules de déchets
    à côté des marchandes et des piétons.
    Photo: Jude Stanley Roy / AKJ

    En mai 2012, IEP et le gouvernement haïtien ont signé deux accords sur le Projet Phoenix et les documents légaux pour l’éventuelle « société mixte anonyme » (SAM) sont déjà rédigés.

    Mais, le projet reste encore dans l’impasse.

    Refus et objections 

    Selon les représentants de l’IEP, il semblerait que l’approbation de l’État haïtien n’est pas suffisante pour faciliter la mise en œuvre du Projet Phœnix, en dépit du fait que l’investissement soit privé. Rawson a noté qu’IEP attend « l'approbation des bailleurs multinationaux, vu la complexité du projet. »

    Le représentant d’IEP en Haïti a été plus affirmatif.

    « Certains ‘amis d'Haïti’ se sont opposés au projet », lâche-t-il. « Le gouvernement haïtien est comme un enfant. Il craint d'avancer parce qu’il y a eu certaines objections sur le projet. En attendant que toutes les questions soient adressées, le gouvernement n’avance pas parce qu’il a peur. Il craint de perdre l’aide étrangère... En dépit de tout, nous ne renonçons pas. »

    AKJ a appris que le Project Phoenix a été repoussé à deux reprises par la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), instance jadis responsable de l’approbation et de la coordination des projets de reconstruction.

    Aucun responsable de la CIRH, caduque depuis octobre 2011,  n’est disponible pour discuter du dossier. Cependant, un employé d’une des institutions financières internationales (IFI / Banque mondiale-BM ou la Banque interaméricaine du développement-BID), qui a collaboré avec la CIRH à l’époque, a parlé à AKJ sous couvert de l’anonymat, parce que les employés n’ont pas le droit d’accorder des interviews sans permission.

    Un deuxième employé d’une des IFI, au courant du dossier, affirme que « La Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement ont étudié le projet et tous deux l’ont rejeté parce qu’il serait terrible pour Haïti. »

    Plus récemment, joint par courrier électronique, Gilles Damais de la BID explique que son institution ne fait pas partie du Projet Phoenix, donc il ne peut « ni confirmer ni infirmer ».

    Cependant, dans ses correspondances avec AKJ, Rawson d’IEP donne  l’impression que la BID, la Banque mondiale et d’autres instances sont impliquées, disant qu’elles sont « engagées ».

    Risques et doutes

    Le premier employé de l’IFI, dans son interview téléphonique, souligne les principales objections au projet : le manque de transparence et l’engagement potentiel de l’Etat dans une activité où il est déjà en faillite.

    En effet, le Projet Phoenix surgit comme un projet « tout fait », sans aucun appel d’offre ouvert. L’IEP a choisi ses partenaires sans aucune supervision gouvernementale. Par exemple, la compagnie Ros Roca d’Espagne construira l’usine, le Boucard Pest Control travaillera (avec SMCRS) dans la collecte des déchets, et la firme Atkins, réalise l’étude sur les impacts environnementaux.

    Pour Jean Jumeau, le Ministre délégué à la sécurité énergétique, ceci explique l’impasse.

    « Jusqu’à présent, nous ne pouvons pas démarrer avec ce projet parce qu’il y a des partenaires internationaux qui veulent s’assurer que le projet se réalise de manière transparente…  compétitive et impartiale », explique-t-il.

    Plus préoccupant est l’engagement financière de l’EDH et le gouvernement pendant 30 ans, où les investisseurs sont payés pour gérer l’usine pendant une période de 30 ans.

    « Ce projet représente un gros risque financier pour le gouvernement », a confié un employé d’IFI.

    L’Etat n’a pas la capacité de gérer les installations électriques déjà existantes. L’EDH perd plus de la moitié de l’électricité produite, d’après un document de la BID daté de juin 2012.

    « La perte totale d’électricité est de près de 70 % avec une perte de revenu de US $161 millions par an pour l’EDH », note le rapport, qui ajoute que le gouvernement « n’a pas la capacité de développer une politique énergétique, et de planifier et gérer le secteur énergétique. »

    Pylône électrique typique sur lequel se greffe des  accordements illégaux.
    Photo: Jude Stanley Roy / AKJ

    L’IEP admet ce fait.

    « Après 1986, il y a eu un mouvement populaire qui s’est transformé en populisme, lequel a engendré des gouvernements démagogiques. Tout cela est préjudiciable au pays », lâche le représentant local, qui soutient que, par souci de popularité, les « mauvais gouvernements » ont permis à la population de se brancher illégalement sur le réseau..

    En signant un accord sur l’achat d’électricité, l’Etat et l’EDH s’engageront à payer une entreprise privée (et largement étrangère) pendant 30 ans. Port-au-Prince a déjà fait l’expérience de ce qui se passe quand l’Etat rate un paiement. C’est le black-out.

    Les questions environnementales

    Le projet Phoenix fait face à deux principaux défis au niveau de l’environnement.

    Le premier concerne les déchets d’Haïti. D’après plusieurs études et sources, les ordures sont trop « organiques » et humides, un fait reconnu par Ronald Romain, le directeur de la section technique et environnementale de l’EDH.

    « Nos déchets n’ont pas la valeur calorifique nécessaire » pour une usine de production énergétique par incinération, lance-t-il.

    Ce graphique montre que 75 pour cent des déchets des villes en Haïti sont organiques.
    Source: Bureau des Mines et d'Energie d’Haïti, 2006, in "Haiti Waste-to-Energy Opportunity Analysis,"
    2010 [pdf]

    La composition des déchets des villes aux Etats-Unis, in "Haiti Waste-to-Energy Opportunity Analysis,"
    2010 [pdf]

    Pour dissiper les doutes, IEP a effectué une étude durant deux mois qui montre que « nous aurons le niveau calorifique dont nous avons besoin », réfute le représentant local. Cependant, comme l'étude sur les impacts environnementaux d’Atkins, celle-ci a été payée et supervisée par l'IEP. Par conséquent, ses résultats ne peuvent pas être fiables. AKJ n'a pas obtenu une copie dudit rapport.

    Cependant, une autre étude récente (2010)  – « Haiti Waste-to-Energy Opportunity Analysis » (« Analyse des opportunités pour la conversion des déchets en énergie en Haïti »), réalisée par une firme privée pour une agence du gouvernement étatsunien – jette beaucoup de doutes sur les réclamations d’IEP. En considérant trois options pour l’utilisation des déchets pour la production d'énergie – combustion ou incinération (l’option du projet Phoenix), gazéification ou biomasse, le rapport recommande la biomasse.

    Le rapport se positionne clairement.

    « Le flot de déchets en Haïti est principalement de 65 à 75 % organique...c’est pourquoi, les déchets organiques, contenant beaucoup d’eau, ne sont pas de bons intrants pour la combustion et la gazéification», proclame-t-il.

    Le dernier problème pour les adhérents du Phoenix est la question des risques pour l’environnement et la santé. Parce qu'ils sont si importants, il y a un mouvement international anti-incinération qui n’épargne pas les villes comme Washington, DC. Les raisons ? Les incinérateurs peuvent émettre un cocktail de centaines de produits chimiques et de métaux lourds tels que le mercure, l’arsenic et le plomb. [Télécharger le GAIA Factsheet - pdf]

    Selon l’Alliance globale pour l’alternative à l’incinération (GAIA), « dans certains pays, comme le Mexique, le Brésil, le Chili et  l’Argentine, il y a même des lois et ordonnances au niveau des municipalités qui interdisent l’incinération des déchets ».

    Malgré tout, le représentant local de l’IEP a déclaré que l’installation de cette usine n’aura aucun effet négatif sur l’environnement ou la santé.

    « Après l’incinération des déchets, on traitera les fumées à l’aide d’un système de filtrage très sophistiqué. Cela permettra que des métaux dangereux et parfois précieux  soient enlevés », explique-t-il. « Nos émissions seront moins toxiques que celles provenant des centrales électriques existantes… et moins toxiques que la fumée résultant des ordures qui sont brûlées à ciel ouvert. »

    Mais les organisations anti-incinération comme GAIA souligne que « même les incinérateurs les plus avancés au niveau technologique peuvent libérer des milliers de polluants qui contaminent l'air, le sol et l'eau ». L’organisation cite à l’appui de nombreuses études.

    L’oiseau, renait -il de ses cendres ?

    L'avenir du Projet Phoenix reste incertain. 

    L’EDH est en faillite. Les deux études restent inachevées. L’OPIC n'a pas encore donné le feu vert. En plus, beaucoup se demandent si un gouvernement qui ne peut pas empêcher l'abattage illégal d'arbres et l'utilisation d’emballages en plastique (interdite l'année dernière) peut surveiller adéquatement une usine d'incinération.

    L’IEP réclame l’intérêt et même l’appui de plusieurs instances tant en Haïti qu’à l’extérieur, mais AKJ a découvert beaucoup de réserves. Et beaucoup de risques. 

    L’employé de l’IFI pense que toutes les critiques présagent que « le projet mourra de lui-même ».

    Peut-être.

    Mais, peut-être aussi, si les autorités haïtiennes et internationales continuent de se réunir à huis clos, de mettre au point des projets sans transparence, et persistent dans la pratique de l’anonymat, ce Phoenix, comme son homonyme, continuera à renaître de ses cendres.

     

    * NB : IEP reconnait que l’option lignite n’est pas définitivement écartée, d’après Edward Rawson de l’IEP  qui a écrit à AKJ le 10 décembre 2012 : « La création d'une mine [de charbon] et son exploitation en partenariat avec le gouvernement d'Haïti continue de faire partie de l'accord actuel entre l'IEP et GOH. Cela peut éventuellement conduire à la construction d'une centrale électrique près de Maïssade. »)

    Le représentant local de l’IEP remarque que « les étrangers nous ont refusé l’utilisation de ‘lignite’, parce qu’il est trop polluant. Cependant, dans tous leurs pays, ils utilisent le charbon… D’ailleurs, c’est le charbon qui a fait la richesse du Pittsburgh, par exemple ! »

     

    Ayiti Kale Je est un partenariat établi entre AlterPresse, la Société pour l’Animation de la Communication Sociale (SAKS), le Réseau des Femmes Animatrices des Radios Communautaires Haïtiennes (REFRAKA), les radios communautaires et des étudiants de la Faculté des Sciences Humaines/Université d'Etat d’Haïti.

    Reader Comments

    There are no comments for this journal entry. To create a new comment, use the form below.

    PostPost a New Comment

    Enter your information below to add a new comment.

    My response is on my own website »
    Author Email (optional):
    Author URL (optional):
    Post:
     
    Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>