Konèksyon•Connection

This form does not yet contain any fields.
    INDEX
    « Le « succès » de la Banque mondial sape la démocratie | Main | Zokiki - Une « délinquance juvénile » imposée ? »
    Tuesday
    Dec042012

    Réouverture d’une radio communautaire après un mouvement de protestation

    Port-au-Prince,  HAITI,  3 décembre 2012 – Réouverture le samedi 1er décembre 2012,  grâce à un mouvement de mobilisation de plusieurs stations de radios, organisations de médias et organisations travaillant pour la liberté de la presse, d’une radio communautaire dans la ville des Cayes (Sud) qui a cessé d’émettre pendant près d’un mois à cause d’une mise sous scellé par le gouvernement.

    Le vendredi 9 novembre 2012, le Conseil National de Télécommunication (CONATEL), l’instance publique de régulation des radios, a procédé à la fermeture du local de la Radio Vwa Klodi Mizo (RVKM),  une station de radio communautaire chapeautée par le Mouvement Unité Populaire des Cayes (MUPAC), émettant depuis 1er  mai 1996.

    La radio VKM, qui tire son nom d’un professeur et militant démocratique assassiné pendant le sanglant coup d’état contre le Président Jean-Bertrand Aristide (1991-1994), est bien connu dans la ville des Cayes pour ses travaux au niveau du département du Sud d’Haïti.

    D’après la Société pour l’Animation et la Communication Sociale (SAKS en créole), la loi sur les télécommunications en vigueur actuellement date de la dictature Duvalier (1977) et ne reconnait pas les radios communautaires. C’est dans le but de régulariser la situation de ces radios que la SAKS, l’Asosyasyon Medya Kominotè Ayisyen (AMEKA), le Rezo Fanm Radyo Kominotè Ayisyen (REFRAKA) et d‘autres organisations ont élaboré depuis 2007 une proposition de loi qui est actuellement en discussion au Parlement.

    « Non à la fermeture des radios communautaires! » Photo: M. Milfort/AKJ

    « Nous recevons cette décision avec contentement. Elle est la bienvenue… C’est un pas important dans la lutte pour la liberté de la presse en Haïti », estime M. Jean Claudy Aristil, secrétaire général du conseil d’administration et directeur de la salle de nouvelle de RVKM, joint par téléphone.

    La fermeture de la radio a été dénoncée avec véhémence dans plusieurs communiqués d'organisations nationales et internationales, et aussi avec une manifestation organisée le 28 novembre 2012.  Plusieurs dizaines de membres de radios communautaires venant de plusieurs provinces, d’étudiants, et représentants de diverses organisations ont investi certaines rues de Port-au-Prince pour protester devant le local du CONATEL et du Ministère haïtien de la Communication.

    « Les radios communautaires sont le résultat de luttes des secteurs démocratiques et populaires. On ne peut procéder à leur fermeture »,  « Vive la liberté de la presse, non à la censure », « La censure est à la démocratie ce que le citron est au lait », tels sont entre autres les slogans scandés et écrits sur les principales pancartes des manifestants.

     « Le (CONATEL) s’appuie sur un prétexte de légalité pour procéder à la fermeture  de VKM », proteste Sony Estéus, directeur général de la SAKS en créole, institution qui appuie les radios communautaires en Haïti.

    Au cours de la marche, des responsables d’associations de radios communautaires ont été invités au Ministère haïtien de la Communication pour parler au Ministre Ady Jean Gardy.

    « La censure (un museau) est à la démocratie ce que le citron
    est au lait »
    Photo: M. Milfort/AKJ

    Cette rencontre et autres négociations pendant la semaine dernière ont abouti à la réouverture de la radio le samedi 1 décembre, et tous les radios communautaires seront permis d’émettre « grace à une autorisation qui sera publiée par le CONATEL… en attente de la publication de la loi régissant le secteur », d’après M. Aristil de RVKM.

    SAKS, qui fournit la formation et d'autre appui aux radios communautaires depuis 1992, se montre prudemment satisfait par les mesures prises par le gouvernement.

    « Nous avions déjà fourni la liste [45 radios communautaires] aux diverses instances concernées, dont au CONATEL, au Ministère de Communication », confirme la journaliste Claudja Jeanne Jocelyn, de SAKS.

     

     Milo Milfort / Laboratoire du Journalisme et Ayiti Kale Je  (AKJ)

     RVKM est une des dizaines de radios communautaires à travers le pays partenaires d’AKJ.

    Reader Comments

    There are no comments for this journal entry. To create a new comment, use the form below.

    PostPost a New Comment

    Enter your information below to add a new comment.

    My response is on my own website »
    Author Email (optional):
    Author URL (optional):
    Post:
     
    Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>